Art martial

L’esprit de l’art martial est destiné à fournir à l’homme des moyens de survie face à des ennemis potentiels. Dans l’antiquité les arts martiaux servaient aux combats réels et pouvaient être utilisés pour donner la mort. Depuis l’invention des armes à feu, le pouvoir du pratiquant d’arts martiaux a diminué.

L’influence du bouddhisme a engendré la notion de compassion qui a guidé les arts martiaux vers une voie de réalisation personnelle. Le but ultime de l’art martial est devenu celui de se vaincre soi-même et d’éviter l’affrontement. L’homme qui est à mi chemin entre l’animal et le divin, doit apprendre à vaincre l’égo qui généralement le mène par le bout du nez.

Au début de l’apprentissage, les jeunes ont besoin de se mesurer et d’évaluer leur potentiel et leur technique. La peur engendre aussi l’envie de combattre et c’est pour cela que les jeunes sont plus enclins à se battre pour se prouver quelque chose et faire reculer les limites de la peur. Avec le temps les hommes deviennent de meilleurs combattants et s’assagissent. C’est à ce moment là qu’ils prennent conscience de leur puissance et qu’ils apprennent à la contrôler.

Dès lors ils ne frappent plus leur adversaires, mais les maîtrisent en leur faisant une démonstration de force. L’ultime étape est la notion de non-violence qui évite le combat. Lorsque le pratiquant est devenu maître de lui-même, il ne ressent plus le besoin de prouver quoi que ce soit et ne se met plus en avant.
Enregistrer un commentaire