Taiji quan basic Peng 棚

Peng Lu Ji An

Peng (parer), Lu (rouler vers l’arrière), Ji (presser) et An (pousser) sont les mouvements de « saisir la queue de l’oiseau » et par conséquent le résultat de Qian, Kun, Kan, Li ou les quatre trigrammes qui donnent les directions cardinales du ciel antérieur du Yi jing.

Péng

Peng se traduit par abri et peu signifier une armoire ou un objet où l’on dépose quelque chose.

Peng est associé à Qian (ciel) du Yi jing qui se traduit par mâle, masculin ou sec.

Peng serait donc une posture purement Yang où l’énergie est en phase d’activation. L’image du père protecteur (le ciel est rond : réf. Yi jing). Avec Peng on a l’impression de porter quelque chose de précieux dans les bras (un vase, un bébé, une partenaire pour la danse), ou de faire la position « embrasser l’arbre » avec une seule main.

Cette posture évoque aussi l’espace vital vers la poitrine (le souffle Qi), comme une zone privée (salle de bain) où l’on ne laisse pas entrer quelqu’un.

Si Peng est communément traduit par parer on peut comprendre pourquoi l’idéogramme est parfois confondu avec Bing (carquois) et parfois avec Peng (enterrer).

Dans le caractère Peng on trouve Mu 木 (bois) et deux fois Yue 月 "lune ou mois" qui signifie 朋 péng (se grouper), soit :

木朋 = 棚 La maison protectrice, l'abri, une zone sécurisée.
Enregistrer un commentaire