L’énergie interne

L’énergie dans les arts martiaux

Le Qi (chi) ou Ki (japonais) est interprétable dans beaucoup de dimensions.

Les états climatiques (vent, chaleur, humidité, sécheresse et froid) représentent différentes sortes d’énergies pouvant exister à l’intérieur même du corps humain.

La boussole géomantique (feng shui) dénombre 24 Qi (montagnes) en prenant en compte la base des 6 Qi en prenant en compte leur alternance existant entre le yin et le yang avec la même idée pour les cinq éléments.

En MTC on parle aussi d’énergie ancestrale, nourricière, défensive et mentale.

Les principes Jing (essence), Qi (énergie) et Shen (esprit) forment une unité qui s’accorde avec le concept de la trinité (terre, homme, ciel) ou les corps physique, émotionnel et spirituel de l’être humain.

D’un point de vue basique pour la pratique des arts martiaux il est alors possible de classer ces trois dimensions en un programme d’entraînement, à savoir le développement du corps, la gestion des émotions et pour terminer la maîtrise du mental ou de l’esprit.

L’état de vide (vacuité) qui s’obtient par l’entraînement et la méditation est quelque chose de très difficile à atteindre, et pourtant c’est grâce à ce vide que l’énergie afflue, aussi il est important de comprendre que l’intellect ne peut pas saisir cet état qui s’acquiert dans le cœur ou dans le ventre.

La pensée liée au souffle produisant une respiration consciente est la clé du développement de base du souffle vital (Qi).

La respiration abdominale est productrice de Qi.

La qualité de la respiration est déterminante de la qualité de vie en général, et l’attention que l’on peut porter à certaines zones ou point précis du corps, peut favoriser l’accroissement de cette énergie.

Bien vivre c’est d’abord bien respirer puis bien manger et après cela il y a la gestion de l’existence entre l’activité et le repos.
Enregistrer un commentaire