Arts martiaux internes

L'art martial interne

Les trois principaux arts martiaux internes chinois sont :

  • Le Bagua Zhang ou Pakua Chang la paume des huit trigrammes (Bāguàzhǎng)
  • Le Xing Yi Quan ou Hsing I Ch'uan la boxe de la forme et de l'intention (xíng yì quán)
  • Le Taiji Quan ou Tai chi chuan La boxe du faîte suprême (Tàijí quán)
Le Bagua Zhang est un style de boxes qui se basent sur la cosmologie des trigrammes du Yi jing (Yi king).

Le Xing Yi Quan est lui basé sur le mouvement lié aux cinq éléments.

Le Taiji quan est originaire de la combinaison des huit trigrammes et des cinq éléments. Taiji tu signifie « symbole du yin et du yang). Le Taiji quan est issu selon la légende de treize postures (8 trigrammes et cinq éléments).

Le Taiji quan est l’art martial interne le plus populaire en Occident. Ce style convient à tous par ses simplifications et sa simplicité de premier abord.

Le style Yang de Taiji quan est celui qui a le plus d’adepte dans le monde, notamment avec la forme 24 de Pékin qui est une simplification de la forme Yang.

Efficacité des arts martiaux internes

L’art martial interne est forcément plus long à acquérir car la force intérieure s’acquiert lentement, un peu à l’image d’un océan qui doit être rempli au goutte-à-goutte.

Seul une rigueur de travail continu par la régularité de son rythme peut engendrer la maîtrise du combat par la pratique d’un art martial interne.

Le Taiji quan style Yang bien qu’il soit généralement présenté comme une gymnastique pour vieillard, peut s’avérer efficace en combat à la condition que l’adepte pratique depuis fort longtemps, de façon régulière et absolument sérieuse, sans quoi, cela restera une gymnastique.

Le simple travail de la forme en tant qu’enchaînement de mouvements lents, ne saurait suffire à garantir une efficacité dans le combat. Bien que cette partie de l’entraînement soit la plus importe, la pratique de la méditation du Qi gong (nei gong) et l’adaptation à des situations de combats sont des compléments obligatoires si l’on veut pouvoir appliquer le Taiji quan en combat.

Les arts martiaux internes sont considérés comme des techniques plutôt défensives. Cela provient du fait que la sagesse suprême des arts martiaux prône l’absence de combat et la paix.

L’application martiale d’un style interne étant très dangereuse, il n’est pas possible d’en faire un sport de combat avec des compétitions et des médailles.

Il est très difficile de juger le niveau d’un pratiquant d’arts martiaux traditionnels (interne ou externe) car la puissance et l’efficacité réelle sont pratiquement invisibles.

Enregistrer un commentaire