Arts martiaux ou sports de combat

Art martial et sport de combat



Dans les sports de combat il y a une notion de durée et dans les arts martiaux, il y a une notion d’instant.

L’objectif dans les sports de combat est plutôt la gloire, les médailles et donc un culte de personnalité. Symboliquement, il s’agit d’une mise à mort de l’autre ou en tout cas de la domination d’un adversaire. Dans le cas de l’éducation, les sports de combats apportent des solutions concernant le respect et le fair-play, mais au niveau spirituel et énergétique il se peut que cela soit plus limité.

Le but de l’art martial est la non violence et donc l’absence de combat. En arts martiaux on n’adopte pas de garde, on reste décontracté, refusant le combat et laissant l’adversaire faire le premier pas. Le premier stade est de frapper l’adversaire dans le but de défendre sa vie et s’il le faut, porter un coup fatal. Lors de combats de quartiers, généralement les garçons (qui suivent la voie des arts martiaux) portent les coups de toutes leurs forces dans leur jeunesse et lorsqu’ils grandissent, ils arrivent normalement à contrôler, voire même à ne plus toucher l’adversaire. Les maîtres d’arts martiaux ne se battent en principe jamais, car ils dégagent une vibration qui nous enlève l’envie de les attaquer et leurs coups peuvent être vraiment dangereux. Bien entendu, pour développer une telle puissance et un tel pouvoir, ces gens là ont du passer par la rue. Cette application de la réalité semble obligée pour acquérir une certaine maîtrise. Comment pourrait-on être efficace à la guerre si on n’y est jamais allé ?

L’art martial traditionnel est un art guerrier et le but ou l’objectif de sa pratique est la paix. Quand deux tigres s’affrontent, l’un est mort et l’autre est blessé. Si on applique cette idée à la philosophie martiale, on comprend pourquoi le combat est pratiquement inexistant dans les arts martiaux. Pour ceux qui ont vraiment besoin de frapper, il existe alors justement les sports de combat et il est vrai que cette voie peut favoriser aussi de bonne chose.

Dans un combat sportif, il faut tenir une distance et la condition physique est parfois plus importante que la véritable application puissante que l’on recherche dans l’art martial.

Dans la voie des arts martiaux, il y a des situations chez certaines personnes qui vivent dans certains pays où la réalité du combat n’a rien à voir avec un podium et des médailles. Et pour celui qui doit défendre sa vie, il s’agira vraiment d’un instant parfois très bref. Donc la véritable voie des arts martiaux pourrait être le développement d’une super puissance capable de maîtriser un adversaire et dans la mesure du possible, sans le combattre.

Lorsque l’on vainc un adversaire dans une compétition, il n’y a en principe pas de risque de représailles ou de vengeance puisqu’il s’agit d’un sport. Mais dans la rue, l’affrontement n’a pas forcément de règle ni de fair-play. Cela peut être très dangereux et c’est pour cela que si l’on maîtrise quelqu’un sans le toucher on en obtiendra plus facilement le respect.

Le fait de savoir contrôler les coups et de combattre sans toucher est un stade avancé des arts martiaux. Bien sûr il ne s’agit pas de faire du vent pour enrhumer l’autre en gesticulant, mais bien d’une démonstration de puissance qui va éveiller l’esprit et engendrer l’énergie qui réside dans cette voie.
Enregistrer un commentaire